Le cercle du silence – Partie 1

E3C21474-F6A9-4ED1-AAE1-0936E81A5345

LE CERCLE DU SILENCE

Partie 1 : Cachés en pleine lumière

 

Ce thriller, très proche de la réalité, est basé sur des faits réels. Après plusieurs mois de recherches auprès de spécialistes d’Europol et de Scotland Yard, l’auteur aborde le sujet des nouveaux réseaux de trafic d’êtres humains et, surtout, la manière dont ces réseaux parviennent à se fondre dans nos sociétés sans que l’on s’en aperçoive, et de manière légale.

C’est un sujet brûlant d’actualité qui s’adresse à un très large public et défendu par de nombreuses personnalités du Show-business (Ashton Kutcher, Amal et George Clooney, Jodie Foster, Angelina Jolie et Ricky Martin entre autres). 

Le roman se présente en deux parties. Le premier volume installe les ambiances et décrit les personnages avec beaucoup de minutie. Les descriptions, parfois très détaillées, sont toujours intéressantes, ajoutent une véritable dimension et davantage de réalisme à l’histoire. L’agent Foster remonte par hasard la filière d’un réseau dont il ne soupçonne ni l’étendue, ni la puissance … 

Dans la seconde partie la tension et le suspense s’accélèrent tout au long de l’ouvrage. Démarre alors un duel sans merci et sans concession contre des ennemis puissants …

L’étrange suicide d’un témoin de faits étonne un jeune agent des Services Spéciaux, Clarke Foster, qui décide d’effectuer une enquête discrète en dépit de l’étrange interdiction de ses supérieurs.

Dans cette affaire, il y a trop de mystères et, surtout, trop de silences…

Il va donc remonter la filière d’un réseau dont il ne soupçonne ni l’étendue, ni la puissance… En terrain miné. Il va en effet être confronté à l’efficacité redoutable d’un réseau mafieux international, impliquant des personnalités tout à fait inattendues et son enquête dépasse rapidement ses compétences d’agent esseulé qu’il est devenu. Un grain de sable s’est immiscé dans les rouages pourtant parfaitement huilés de cette filière. Mais il est, hélas, vite repéré. 

Démarre alors une poursuite infernale, un combat de stratégies et de tactiques, un véritable duel de l’ombre impitoyable contre des ennemis aussi puissants qu’invisibles, où le moindre faux pas signifie la mort autant pour Clarke que pour ses proches …

Edition de poche chez POCKET

PARALELLES AVEC LA MYTHOLOGIE GRECQUE

Le cercle du silence contient de nombreux éléments des mythes et légendes grecques.

Par Caroline Thonger, auteure et journaliste.

 

Lieux

Dans la légende grecque, il y a 3 mondes :

  • L’Olympe (panthéon des dieux)
  • La Terre (terre des mortels)
  • Le monde souterrain (Hadès)

Toutes les histoires grecques englobent des éléments de ces 3 lieux.

 

Dans Le cercle du silence, il y a 3 mondes souterrains (lieux cachés sous la terre):

  • Sous les ponts du paquebot (dissimulés sous le faste de la salle à manger)
  • L’antre secrète du souterrain des services de sécurité et du contre-espionnage (camouflée sous le hangar à trains)
  • Les coffres secrets au 8ème sous-sol des archives (presque impossible d’accès)

 

Les personnages 

Les personnages modernes du roman reflètent des traits typiques des mythes grecs classiques : Frank est le méchant devenu bon, finalement écoeuré par la corruption dans laquelle il a été impliqué. Il a le courage moral de rompre avec son passé tout en essayant de faire amende honorable. Mais il ne peut pas déjouer les ombres et il est sacrifié. Cependant, sa mort aura des répercussions, à la fois positives et négatives. Clarke est le héros évident – ​​doté d’une belle apparence, de charme, d’intelligence, de loyauté envers son meilleur ami et de dévouement envers son partenaire. Mais malgré toutes les « armes » à sa disposition (équivalentes aux capacités du guerrier héroïque dans la légende grecque), il est sacrifié en essayant de sauver son meilleur ami. Mais il a un sens de la justice initialement naïf. Il est appelé à utiliser des qualités qu’il ne pensait pas détenir, à subir des tests de courage et à être involontairement impliqué dans le duel contre les forces obscures du mal. Clara a des éléments de la sorcière dans la légende grecque, y compris sa capacité à charmer les animaux sauvages. Mais elle est aussi trop confiante au début et doit endurer la pire perte de sa vie. Elle se sent poussée à se venger quelle que soit la dureté de la bataille, et finit par être aussi féroce que la tigresse dont elle s’occupe.

Clara se montre peut-être la plus courageuse de tous les personnages – lorsqu’elle et Tom se retrouvent dans un danger extrême, poursuivis par le méchant Vlad et ses hommes, elle n’hésite pas à les attirer dans un piège où leur mort est non seulement assurée, mais horrible.

 

L’organisation

Le réseau a des caractéristiques hideuses mais humaines, tout comme les monstres cauchemardesques de la légende grecque. Par certains côtés, elle est aussi rusée que Méduse, la Gorgone avec une tête se transformant en serpent et dont le regard effrayant pouvait transformer les hommes en pierre. Par d’autres, le réseau ressemble au tristement célèbre Labyrinthe, diaboliquement conçu pour piéger les imprudents dans ses dédales déroutants.

 

Les animaux

Dans la légende grecque, les dieux se transforment parfois en animaux pour se mêler aux mortels. Mais les animaux peuvent aussi être messagers des dieux. Ce thème se reflète dans les indices fournis à Clarke lorsqu’il découvre l’animal de compagnie du jeune proxénète.

Pareil pour les tigres de la réserve naturelle qui représentent les symboles de la capacité de Clara, et aussi ses outils de rétribution.

 

Le temps

Dans la légende grecque, de nombreux héros doivent subir des voyages extrêmement longs et ardus, semés de dangers à surmonter (Ulysse a mis 10 ans pour atteindre sa maison). Dans Le cercle du silence, la majeure partie de l’histoire se déroule dans un délai très court, soit dans les 7 jours, ce qui provoque des tensions sans répit, ni relâchement. Mais il y a aussi un élément des dieux jouant aux dés avec les mortels, dans le timing d’une fraction de seconde de l’action, surtout lorsque Tom descend dans le monde souterrain des archives, avec le procureur sur ses talons.

 

Les éléments

Dans la légende grecque, de nombreux éléments de la nature sont divinisés afin d’expliquer leur caractère (il y a les dieux du soleil, de la lune, de la foudre et du tonnerre, de la mer, etc.).

L’orage à la fin de la partie 1 a un double objectif : il donne à Tom une excuse pour s’absenter de la table du diner, et ainsi découvrir la vérité sur ce qui se cache sous les ponts du navire. Et bien cela lui ait presque coûté la vie, c’est ensuite ce qui lui permet de s’échapper et d’être rejeté sur le rivage. 

Bien qu’il ne s’en rende pas compte, sa bataille personnelle de survie contre les éléments lui fournit des ressources qu’il ne savait jamais posséder pour continuer à combattre les ombres.

 

Les mortels contre les dieux

Dans Le cercle du silence, les « ombres » sont particulièrement nébuleuses, diablement intelligentes dans leurs déguisements. Elles sont capables de se transformer pour paraître respectables, capables de fusionner avec la société «normale». Elles utilisent tous les “trucs” à leur disposition (comme les équipements de haute technologie). Ils sont aussi insaisissables que des serpents. 
Les deux hommes en position de pouvoir sont des personnages bien plus complexes. Représentant tous deux le domaine de la « justice », ils sont devenus chacun si puissants qu’ils se considèrent comme des « dieux », au-dessus des lois et hors d’atteinte, comme c’est toujours le cas aujourd’hui.

Et pourtant, la morale de l’histoire est que ceux qui sont impliqués dans toutes les formes de dépravation humaine, même déguisés, seront finalement attrapés par leur propre ambition et leur cupidité.

REVUE DE PRESSE

 

« Le cercle du silence est un ouvrage considérable mais on ne s’ennuie à aucun instant. Il traite d’un thème tout à fait d’actualité : la disparition et le trafic de jeunes adolescents. Sous la forme d’un thriller, l’auteur aborde un sujet de plus en plus actuel.

Ce roman a vraiment une force visuelle extraordinaire et on a l’impression que l’auteur a une caméra dans son stylo ! On dirait que c’est un livre écrit pour le cinéma. Tous les lecteurs de la trilogie Millenium, de John le Carré ou d’Harlan Coben apprécieront beaucoup le style de cet auteur.

Ce livre a été choisi par un jury citoyen de lecteurs présidé par l’écrivain très populaire Paulo Coelho qui est l’auteur de l’Alchimiste, entre autres.

Le classement du Cercle du silence s’est fait très rapidement dans les meilleures ventes : dès les premiers jours de sa sortie, il fut dans les 30 meilleures ventes de romans, et dans le top 15 de la catégorie Thriller-suspense.

L’action du roman se déroule entre la côte Est des Etats-Unis, Prague, Paris, La Haye et Bruxelles ».

Gonzague Saint Bris, écrivain

 

« Le cercle du silence est un roman à suspense qui aborde le sujet des nouveaux réseaux tentaculaires d’êtres humains parallèles au trafic de drogues de synthèse et à la haute corruption internationale. Il parle des organisations criminelles qui se donnent les moyens d’être insaisissables. Il dissèque les entrailles d’un réseau mafieux impliquant, malgré elles, des personnes étrangères à ce milieu qui se retrouveront rapidement prises au piège d’une spirale machiavélique. 

Ce thriller implacable est aussi intéressant que dérangeant. On est irresistiblement attiré par son voyeurisme, ses tabous et ses rebondissements inattendus. On ne peut tout simplement pas le lâcher sans savoir comment tout cela se termine et on est pas déçu. C’est le genre de roman qui me fera retourner au cinéma le jour de la sortie du film ».

L’Express

 

« Basé sur des faits réels, Le cercle du Silence est un roman captivant qui appartient à la catégorie des thrillers « intelligents ».

L’auteur a délibérément écarté l’utilisation d’armes à feu et privilégié une montée de la tension dans un style purement Hitchcockien, avec des rebondissements qui surprennent constamment. Le suspense haletant va crescendo et ne faiblit jamais. Pour ce faire, l’auteur revisite avec maestria la confrontation du grand et du petit (la fameuse monumentalisation chère à Hitchcock) sur différents plans : psychologiques, physiques, sociaux et institutionnels. La fin est grandiose… vous pouvez être certain qu’il vous maintiendra éveillé toute la nuit ! Pour terminer, ce roman ferait un merveilleux film ».

Le Monde

 

« Inspiré de faits tragiquement réels, l’intrigue du Cercle du silence tourne autour de réseaux mafieux internationaux d’une efficacité redoutable, protégés par des individus haut placés. On voyage du New Jersey à Lisbonne, de Prague à Paris, La Haye et Bruxelles… L’histoire se déroule dans un contexte de drogues de synthèse et de technologie de pointe, sans jamais basculer au-delà des limites de la crédibilité. Dans ce roman, nous sommes entraînés dans une succession de rebondissements à couper le souffle par un procureur et son adjoint. Les émotions fortes sont garanties. Incontournable ».

Gala

QUELQUES COMMENTAIRES SUR INTERNET

 

Basé sur des faits réels, ce roman nous entraîne avec panache dans un univers parallèle mais réaliste, celui des gangs mafieux internationaux. On est ici loin du scénario absurde du super-héros sauvant le monde entier, ou des inspecteurs de police flanqués d’hommes armés jusqu’aux dents. Au contraire, ce roman regorge d’une pléthore de faits apparemment sans importance et de coïncidences, permettant à de rares indices d’apparaître comme les tentacules isolés d’une gigantesque pieuvre, se cachant… en pleine lumière.

Il ne s’agit pas d’un thriller politique mais sociologique. La dépravation est endossée au plus haut niveau sous un vernis de moralité. Bien que la plupart de l’intrigue se situe en Europe, ces réseaux sont mondiaux. La question primordiale est : à qui faire confiance ?

Les rebondissements du livre sont vraiment imprévisibles. Et la façon dont les « ombres » de ce réseau sont dépeintes, se cachant derrière une respectabilité établie, rend impossible de prédire si elles pourront être vaincues un jour. L’intérêt du lecteur ne faiblit jamais avec une multitude de personnages crédibles, bien décrits et variés, certains extrêmement sympathiques, d’autres très méprisables. La plupart des descriptions sont comme « vues au travers d’une caméra » », comme si nous regardions un film. Et le rythme varie entre des crescendo répétés, entrecoupés de moments plus lents mais faussement calmes. Une fois que vous aurez commencé à lire le roman, vous ne pourrez plus le lâcher.

Une subtile alchimie d’aventures, d’héroïsme, de suspense et d’émotion. Un roman structuré en couches multiples tel des poupées russes. Quel cadeau pour le lecteur !

The End